Ma cuisine à la folie

25 mars 2008

KOUGLOF ( KOUGELHOPF )

kouglof

De mes origines alsaciennes, je garde le souvenir (coté table) des spaetzle, Baeckeofe, Kouglof... Ce week-end de Pâques nos petits enfants sont venus à la maison pour participer à une nouvelle chasse aux œufs. J'en ai profité pour leur préparer ce kouglof et leur raconter les origines de ce plat délicieux.

Le roi de Pologne, Stanislas Leczinsky, venu se réfugier en Lorraine, a fait adapter cette pâte à la levure de bière, en petits gâteaux individuels nommés " kugelhopfs ". Plus tard la reine Marie-Antoinette, très friande de ce dessert, le lança à Paris. Et c'est le grand cuisinier et pâtissier, Antonin Carême, qui à son tour, le rendit à la mode. Finalement ce sont les alsaciens qui l'adoptèrent et le distribuait autrefois à la foule, les jours de baptême ou de mariage.Aujourd'hui il se mange au petit-déjeuner du dimanche.

Préparation : 1 heure
Temps de repos : 1 heure 30
Cuisson : 45 minutes

Le marché pour 6 personnes :
500 g de farine
10 g de sel
80 g de sucre
200 g de beurre
2 œufs
20 cl de lait
25 g de levure de boulanger
100 g de raisins de Malaga
75 g d'amandes
Sucre glace
Eau de vie (facultatif)

Ustensiles :
2 bols, casserole, 1 terrine, 1 moule à kouglof en terre, papier sulfurisé beurré.

Préparation :

  1. Mettre les raisins à tremper dans un bol avec un peu d'eau tiède (ou de kirsch).  Faire tiédir le lait dans une casserole (30° c environ). Verser la moitié du lait dans un second bol, délayer la levure et mélanger avec la farine nécessaire (environ 50 g) pour faire une pâte de consistance moyenne.  La laisser doubler de volume dans un endroit tiède .
  2. Verser le reste de la farine dans une terrine en incorporant le sel et le sucre. Mélanger et creuser en fontaine. Incorporer les œufs un par un en pétrissant doucement. Incorporer ensuite le reste du lait en  mélangeant énergiquement. Battre pendant une quinzaine de minutes, en soulevant la pâte avec la main, jusqu'à ce qu'elle soit bien homogène. Pétrir en ajoutant le beurre ramolli et le levain dont le volume a doublé. Battre encore quelques minutes, jusqu'à ce que la pâte soit bien lisse.
  3. Façonner en boule, la déposer dans la terrine et couvrir d'un linge. Laisser reposer dans un endroit à plus de 20° c pendant une heure et demie. Pendant ce temps beurrer le moule dans toutes ses cannelures et déposer une amande dans le fond  de chaque cannelure.
  4. Egoutter les raisins, bien les sécher dans un torchon et les fariner. Pétrir une nouvelle fois la pâte, incorporer les raisins et déposer la pâte dans le moule à kouglof. Le moule doit être rempli aux 2/3, pas plus.Préchauffer le four à 210 °c. Laisser lever une dernière fois jusqu'à ce que le moule soit rempli. Enfourner et laisser cuire 45 minutes. Si la coloration est trop rapide, couvrir d'un feuille de papier sulfurisé beurré.
  5. Démouler sur une grille, saupoudrer de sucre glace et laisser refroidir.


A table :

Servi en dessert, un Crémant d'Alsace, sera fort apprécié.

Posté par cuisine_alafolie à 10:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


19 mars 2008

CŒURS DE CANARD AUX SENTEURS DU SUD

 coeurs_de_canard

On trouve les cœurs de canard sur les marchés du sud ouest ou bien,
un peu partout en France conservés sous-vide .
Comptez six cœurs de canard par convive.


Préparation : 20 minutes

Cuisson : 30 minutes


Le marché pour 4 personnes

500 g de cœurs de canards ( 24 cœurs )
3 échalotes
4 gousses d'ail
5 brins de persil plat
1 petit poivron bien rouge
2 cl de bouillon de bœuf
Graisse d'oie, ou huile d'olive
1 c à café de moutarde
250 g de riz long
fleur de sel, paprika, poivre du moulin

Ustensiles

Planche à découper et couteaux, 1 sauteuse, 1 poêle, 1 cuillère en bois

Préparation

  1. Peler les échalotes, ciseler finement. Eplucher l'ail, ôter les germes et hacher finement. Laver, effeuiller le persil et hacher fin. Laver le poivron, le couper en deux, éliminer le pédoncule et tailler en lanières puis en petits cubes de 5 mm de coté. Réserver.
  2. Débarrasser les cœurs des petits amas de graisse et de la naissance des vaisseaux. Les fendre en deux, éliminer le sang, saler et poivrer.
  3. Dans une sauteuse, faire revenir à feu doux dans une cuillère de graisse d'oie (à défaut, d'huile d'olive) l'échalote, l'ail et les poivrons. Laisser mijoter 5 minutes. Pendant ce temps, dans une poêle avec un peu de graisse d'oie ou d'huile, faire revenir les cœurs de canard jusqu'à ce qu'ils aient pris une belle couleur dorée. Dégraisser, transvaser dans la sauteuse, couvrir du bouillon et laisser mijoter une dizaine de minutes.
  4. Ajouter une cuillère à café de moutarde, une pincée de paprika, bien mélanger. Goûter et rectifier l'assaisonnement.  Disposer dans un plat de service, saupoudrer de persil et servir accompagné d'un riz pilaf.


A table !

Le cœur n'attend pas ! Mariez-le vite avec un Pécharmant, ce vin du sud-ouest aux senteurs de fruits rouges, plein d'ampleur de bouche. Bon appétit.

Posté par cuisine_alafolie à 02:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mars 2008

POULET BASQUAISE

poulet_basquaise


Le poulet basquaise est un grand classique avec cependant
de nombreuses variantes au niveau de la garniture.
Coté légumes, les oignons comme les tomates, poivrons et piments s'imposent.
J'aime y ajouter des courgettes, parfois un morceau de jambon de  Bayonne.

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 35 minutes


Le marché pour 4 personnes
1 beau poulet
250 g de riz blanc, long
6 tomates
2 poivrons, (un vert, un rouge)
2 courgettes
2 oignons
3 gousses d'ail
5 petits piments d'Espelette
huile d'olive
1 litre de bouillon de volaille
fleur de sel, poivre du moulin, paprika

Ustensiles
1 planche à découper et couteaux, 1 casserole, 1 cocotte, 1 cuillère en bois

Préparation

  1. Mettre de l'eau à bouillir dans une casserole. Y plonger les tomates une à deux minutes. Les rafraîchir puis les peler et les couper en quatre. Laver les poivrons, les couper en deux dans la longueur, puis en lanières. Eplucher les oignons, les émincer. Peler les gousses d'ail, ôter le germe et hacher finement. Laver les courgettes, essuyer et couper en tronçons.
  2. Dans une cocotte, faire dorer les morceaux de poulet avec l'huile d'olive puis ajouter les oignons et l'ail, laisser mijoter cinq minutes en remuant avec une cuillère en bois. Pendant ce temps préparer un bouillon de volaille, le maintenir chaud.
  3. Faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile d'olive les courgettes, poivrons et piments d'Espelette. Les ajouter dans la cocotte, avec les tomates et le bouquet garni. Recouvrir du bouillon de volaille chaud, assaisonner de sel, poivre et paprika, couvrir et laisser cuire à feu doux pendant 20 minutes.
  4. Pendant ce temps, faire revenir le riz dans un peu d'huile d'olive. Recouvrir du double de son volume d'eau chaude salée, et laisser mijoter pendant 20 minutes. Egoutter. ( Certains riz sont traités, attention au temps de cuisson ).
  5. Une fois le poulet cuit, goûter et rectifier l'assaisonnement. Servir bien chaud et le riz à part.


A table !
Servir le poulet basquaise avec un vin blanc fruité, un Cassis blanc par exemple.

Posté par cuisine_alafolie à 16:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mars 2008

PETITE HISTOIRE DE LA CUISINE ET DES CUISINIERS

Partons ensemble à la recherche de nos ancêtres pour tenter de découvrir ce qu'ils mangeaient, comment ils préparaient leurs repas ...

Comment l'acte de se nourrir a évolué dans le temps

alim_prehistAu commencement l'homme préhistorique se nourrit du produit de la chasse, principalement de petit gibier qu'il consomme cru. En complément il mange des graines, des racines et de fruits. Aujourd'hui certains consommateurs, ( peut-être nostalgiques de notre Homo-Sapiens ou pour satisfaire un besoin animal de nature ! ) estiment  qu'entre cru et cuit, il faut choisir. Les crudivores, c'est ainsi qu'ils se nomment, ont tranché : que du cru pour ne pas altérer la qualité originelle des aliments ! Il est certain que le cru est bon, voire indispensable pour la santé, mais certains aliments ne peuvent qu'être consommés cuits, comme le blé, la pomme de terre, la viande de porc, la volaille ...  Ne jurer que par le "tout cuit" ou le "tout cru" est ridicule, voire dangereux, compte tenu de la physiologie de notre organisme.


Grâce au feu, rôtisseur est cuisinier sont nés !

L'homme de Cro-Magnon a tout compris. Dès qu'il a su maîtriser le feu, il s'est aperçu que le gibier jeté dans le brasier devenait plus tendre, meilleur au goût et se conservait plus longtemps. Mais cette technique de cuisson n'était pas la seule, ils utilisaient aussi la méthode des pierres chauffées que l'on jetait dans un récipient rustique rempli d'eau. La cuisine, rustique certes, est née.


Le repas dans la Grèce antique et à Rome.

Les grecs consomment des bouillies et galettes à base d'orge et de froment,apicius pratiquement pas de viande. Les repas sont préparés par les femmes ou les esclaves. Plus tard, c'est l'alimentation carnée qui va s'installer au cœur de la civilisation et le rituel des sacrifices. Le mageiros est chargé du sacrifice de l'animal et le cuisinier prépare la viande.

Tout comme les grecs, la plupart des romains se nourrissent de bouillies à base de céréales, de légumes secs mais peu de viande. Seuls les notables, ont à leur service l'archimagirus, notre chef d'aujourd'hui, assisté d'un second qui dirige les marmitons. Apicius dans son De re coquinaria libri decem (les dix livres sur la cuisine) rédigé vers premier siècle, nous a laissé de nombreuses recettes de cette "cuisine spectacle" raffinée mais très onéreuse. Il faut se rappeler le fabuleux festin offert par Trimalchion dans le Satiricon de Pétrone.

Les célèbres orgies romaines comme tous ces excès seront condamnés par les philosophes et des lois iront jusqu'à les interdire.


Au Moyen-Age, la cuisine se métisse

habit_de_cuisinierSuite aux rencontres de différentes civilisations la cuisine se métisse. Tomates, pommes de terre, maïs, café, thé, chocolat, tabac ... sont venus d'Asie, d'Afrique et d'Amérique. Les riches, à l'époque des croisades, apprécient les sauces très épicées à base de poivre, gingembre, clou de girofle, fleur de safran. Les paysans, moins riches relèvent la saveur de leurs plats avec de la moutarde, du verjus voire de l'ail... Les céréales nombreuses, blé noir, épeautre, seigle, froment, millet, avoine, orge permettent de réaliser des bouillies, galettes et pains. Le repas s'inscrit dans un contexte religieux, les jours maigres succèdent aux jours gras. Pour le jours gras les viandes les plus consommées sont la volaille et le porc. Viennent ensuite le sanglier, lapin et lièvre. Les jours maigres, carême et jeûnes, on se nourri de poissons d'eau douce ou d'eau de mer. J'oubliais les œufs très utilisés, les corps gras, le beurre, le saindoux et les huiles de colza et d'olive.  Les fruits sont abondants. Ils proviennent des vergers, les pommes, poires, coings et de la forêt  avec les baies sauvages. Les vignes se cultivent presque partout en France. Si la boisson principale est l'eau, il n'en demeure pas moins que la consommation de vin est considérable.


C'est à partir du XIVe siècle qu'en Europe sont rédigés les premiers livres de recettes. A la lecture de ces ouvrages l'on constate que les italiens sont friands du safran, alors qu'en France, on préfère le gingembre. Si les anglais aiment le sucré, les français se régalent de l'acidité du verjus. L'un des plus ancien livre de cuisine s'intitule Le Mesnagier de Paris ( 1393). C'est l'œuvre d'un riche bourgeois vieillissant vivant à Paris. Il a écrit cet ouvrage pour sa toute jeune épouse. Il traite tout d'abord de la morale, de l'instruction religieuse et donne des conseils d'économie ménagère avant de rédiger de très nombreuses recettes de cuisine. Ouvrage très intéressant qui nous permet de connaître la vie quotidienne dans la France du Moyen Age. Ce qui est amusant c'est que 500 ans plus tard un très grand cuisinier, Édouard Nignon, à son tour a rédigé un ouvrage intitulé Précis de cuisine familiale, livre destiné à l'usage des Maîtresses de Maison et des jeunes filles des Ecoles Supérieures et Cours complémentaires. Dans son avant-propos l'on retrouve les mêmes thèmes que ceux abordés dans le Mesnagier de Paris, seules les recettes ont nettement évoluées. Je reparlerais d'Édouard Nignon car j'ai la chance d'avoir en ma possession quelques manuscrits de ce cuisinier hors du commun qui fut à la tête de prestigieux établissements en France, à Londres, Vienne, Moscou ...puis à Paris, rue Royale, au restaurant Larue. Je prépare un dossier sur Édouard Nignon, dossier qui sera illustré de documents inédits.

LE VERTJUS D'OZEILLE.
Broyez l'ozeille tresbien sans lesmesnagier_paris_couv_ Bastons,
et deffaictes de verjus vieil blanc, et ne coulez
point l'ozeille, mais soit bien broyee ; vel sic : broyez
percil et ozeille ou la feuille du blé. Item du bourgon
de vigne, c'est assavoir jeune bourgon et tendre, sans
point de tuyau
.

Titre II, 270, Le Mesnagier de Paris

Voici la meilleure façon de conserver un lièvre décrite (traduction) dans le Mesnagier de Paris :

Si un lièvre est pris 15 jours ou trois semaines avant Pâques
ou à un autre moment où l'on aimerait le conserver,
videz-le et ôtez-lui les entrailles.
Puis fendez la peau de la tête, brisez et cassez le crâne
afin d'y pratiquer une ouverture pour ôter la cervelle.
Mettez à la place du sel et recousez la peau.
Il se conservera ainsi pendant un mois s'il est pendu par les oreilles.

Bon appétit !

A suivre ...


Posté par cuisine_alafolie à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2008

MOULES DE BOUCHOT A LA CREME SAFRANEE

marini_re_moules

Les éleveurs de moules, les mytiliculteurs utilisent deux méthodes d'élevage.
En Charente ce sont les moules de bouchot, pieu en chêne enfoncé
sur lequel s'accrochent les moules par l'intermédiaire du byssus,
l'écheveau de filaments qu'elles sécrètent.

En méditerranée le pieu est remplacé par des cordes.

Préparation : 15 minutes
Cuisson : 20 minutes


Le marché pour 4 personnes :
2 kg de moules de bouchot, de cordes ou de la cote d'opale,
25cl de vin blanc sec,
2 oignons,
4 échalotes,
3 gousses d'ail,
100 g de crème fraîche,
50 g de beurre,
60 g de farine,
5 brins de persil plat,
2 doses de safran,
Poivre du moulin.

Ustensiles : 1 planche à découper et couteaux, 1 cocotte, 1 passoire, 1 cocotte, 1 passoire, 1 cocotte à fond épais, 1 casserole, 1 cuillère en bois.

Préparation :

  1. Gratter les moules, les laver, égoutter dans une passoire.
  2. Peler les oignons, échalotes et gousses d'ail. Oter le germe de l'ail. Laver et effeuiller le persil. Hacher le tout finement.
  3. Mettre le beurre à fondre dans une casserole sur feu doux, ajouter la farine et l'incorporer au beurre avec une cuillère en bois. Remuer jusqu'à obtention d'une couleur blonde. Retirer le roux blond du feu et le laisser refroidir complètement.
  4. Dans la cocotte, mettre le vin blanc et le hachis d'oignons, échalotes, ail et persil. Laisser mijoter à feu doux pendant 5 minutes. Porter ensuite à feu vif et y plonger les moules. Bien secouer et dès qu'elles sont ouvertes, les retirer, éliminer les coquilles vides et réserver. Filtrer le jus de cuisson.
  5. Verser le jus de cuisson bouillant sur le roux froid pour éviter que ne se forment des grumeaux. Ajouter un peu d'eau, le safran et laisser cuire une dizaine de minutes en remuant souvent. Incorporer ensuite la crème, rectifier l'assaisonnement et verser sur les moules. Servir aussitôt.


A table !
Servir dans des assiettes à soupe, bien chaudes. Cette préparation est délicieuse mais refroidit très rapidement.

Posté par cuisine_alafolie à 22:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


COUSCOUS BŒUF POULET MERGUEZ

couscous_poulet_boeuf_merguez


La réalisation de ce plat demande trois bonnes heures de patience.

Ne pas oublier de mettre les pois chiches à tremper la veille.
Pour passer à table vers 13 heures, mieux vaut démarrer à 10 heures.
Si l'apéritif tarde un peu trop, pas de problème, réchauffé c'est encore meilleur !

Préparation : 1 heure
Cuisson : 2 heures 30


Le marché pour 8 personnes :
16 morceaux de bœuf, répartis entre gîte, paleron ou macreuse,

200 g de pois chiches,

1 poulet de 1,8 kg,
8 merguez,
4 carottes, 5 navets
2 oignons, 2 poireaux,
2 tomates,
4 courgettes, 2 branches de céleri,
1 kg de semoule de couscous grain moyen,
huile d'olive,
50g de beurre,
paprika, cumin, rass el hanout, harissa,
fleur de sel, poivre du moulin,

Ustensiles :
1 planche à découper et couteaux, 1 couscoussier ou une cocotte en fonte, 1 grand plat, en terre de préférence, pour brasser (puis servir) la graine de couscous, sauteuse, passoire, 2 plats de service.

Préparation :

  1. Préchauffer le four, position tourne broche si possible, sinon 210°c (th 7). Eplucher les carottes, navets, branches de céleri, les rincer et les tailler en gros dès. Peler et émincer les oignons. Fendre les poireaux dans le sens de la longueur, en laissant le blanc intact pour qu'ils ne se défassent pas à la cuisson. Les laver. Laver les courgettes et tomates, tailler.
  2. Egoutter et monder les pois chiches mis à tremper la veille dans un bol d'eau tiède.
  3. Mettre la poulet à rôtir, à la broche de préférence, sinon au four en arrosant souvent. Compter 45 à 60 minutes de cuisson.
  4. Pendant ce temps, faire revenir les morceaux de viande dans le couscoussier ou la cocotte avec un peu d'huile d'olive. Une fois dorés, couvrir d'eau chaude. Saler, poivrer, ajouter une c. à soupe de rass el hanout. Laisser cuire 1 heure 30 à petit bouillon.
  5. Faire revenir ensuite, dans une sauteuse, les carottes et navets, puis les poireaux, céleri et oignons, égoutter et réserver. Faire de même avec les courgettes et tomates.
  6. Après les 90 minutes de cuisson de la viande, ajouter les légumes (sauf courgettes et tomates à introduire 10 minutes plus tard) et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes.
  7. La semoule de couscous : Mettre à chauffer de l'eau salée. (1 volume de semoule pour 1 volume d'eau généralement. Lire les conseils sur l'emballage). Disposer la semoule dans la bassine. Verser l'eau, mélanger et laisser gonfler 1/4 d'heure. Au bout de ce temps, égrainer la semoule entre les mains, verser un bon filet d'huile d'olive et brasser à nouveau. Goûter la semoule et corriger l'assaisonnement si besoin est. Ajouter 50g de beurre et brasser à nouveau. Couvrir en attendant de passer à table. Si vous possédez un couscoussier, cuire les graines de couscous à la vapeur sur le bouillon.
  8. Goûter le bouillon et le rectifier au besoin en sel, cumin, paprika, ... Ajoutez les pois chiches. Griller les merguez découper le poulet en 8 morceaux et préparer la sauce piquante en délayant 2 c. à soupe de harissa dans un petit bol de bouillon.
  9. Servir la semoule dans un plat préchauffé, les viandes et légumes dans un second et le bouillon dans un troisième et bon appétit !

A table !
Servir avec un vin charpenté, un coteaux d'Aix rouge ou rosé me semble être le bon choix.

Posté par cuisine_alafolie à 13:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

POIVRONS FARCIS

poivron_farci


Préparation : 20 minutes
Cuisson : 30 minutes

Choisir de gros poivrons rouges, de forme régulière chair épaisse,
bien ferme et exempte de taches.

Personnellement je préfère retirer la peau que certains digèrent mal.


Le marché pour 4 personnes :
4 poivrons rouges
1 oignon
5 brins de persil
1/2 bouquet de ciboulette
25 g de beurre
1 cuillère à soupe de concentré de tomates
huile d'olive
2 œufs
25 g de riz
200 g de viande de bœuf hachée
200 g de chair à saucisse
2 dl de coulis de tomates
Fleur de sel, poivre du moulin.

Ustensiles :
Planche à découper et couteaux, 1 lèchefrite, 1 casserole, 1 poêle anti-adhésive,  1 saladier, 4 ramequins

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 240°c. (th. 8).
  2. Peler et émincer l'oignon. Rincer le persil et la ciboulette sous l'eau courante et hacher le tout finement. Laver les poivrons. Les couper en deux, retirer leurs pédoncules et graines contenues à l'intérieur. Placer les poivrons, peau sur le dessus, dans la lèchefrite, enfourner.
  3. Lorsque la peau est grillée, les retirer, les enfermer dans du papier journal. Laisser refroidir quelques minutes. Enlever la peau car elle est indigeste.
  4. Régler le four à 210°c (th. 7).
  5. Cuire le riz à la créole. Pendant ce temps, faire revenir la viande de bœuf hachée dans le beurre avec l'oignon, assaisonner, égoutter et réserver. Dans ce même beurre faire revenir la chair à saucisse, assaisonner, égoutter et réserver.
  6. Dans un saladier, mélanger le riz et les viandes. Ajouter les œufs, le concentré de tomates, persil et ciboulette. Badigeonner le fond des ramequins d'huile d'olive. Placer la chair des poivrons en débordant d'un centimètre. Farcir de cette préparation et enfourner, rabattre la chair en surface et enfourner. Faire cuire au four pendant 30 minutes.


A table !

Servir avec son coulis de tomates accompagné d'un riz pilaf et d'un vin rouge léger, un Coteaux du Lyonnais par exemple.



Posté par cuisine_alafolie à 11:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

COURGETTES FARCIES

courgette_farcie

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 30 minutes

Choisir de belles courgettes rondes, de couleur foncée.
La peau doit être brillante, la chair bien ferme et exempte de taches.
Préférer les courgettes du Bassin méditerranéen que l'on trouve
sur nos marchés d'avril à septembre.


Le marché pour 4 personnes :

4 courgettes rondes
1 oignon
1 gousse d'ail
5 brins de persil
200 g de viande de bœuf hachée
200 g de chair à saucisse
1 cuillère à soupe de concentré de tomates
25 g de beurre
25 g de riz
huile d'olive
1 jaune d'œuf
2 c. à soupe de chapelure fine
2 dl de coulis de tomates
Fleur de sel, poivre du moulin.

Ustensiles :

Planche à découper et couteaux, 1 lèchefrite, 1 casserole, 1 poêle anti-adhésive,  1 saladier, 4 ramequins

Préparation :
   

  1. Peler et émincer l'ail et l'oignon. Rincer le persil sous l'eau courante, essorer et hacher finement.
  2. Laver les courgettes. Couper la tête à 2 cm environ. Blanchir deux minutes dans l'eau bouillante. Retirer un peu de chair à l'aide d'une cuillère, hacher et réserver. En laisser suffisamment (1 cm) pour une bonne tenue à la cuisson. 
  3. Préchauffer le four à 210°c. (th. 7).
  4. Cuire le riz à la créole. Pendant ce temps, faire revenir la viande de bœuf hachée dans le beurre avec l'oignon, assaisonner, égoutter et réserver. Dans ce même beurre faire revenir la chair à saucisse, assaisonner, égoutter et réserver.
  5. Dans un saladier, réunir le riz, les viandes et la chair des courgettes. Ajouter l'œuf, le concentré de tomates et le persil. Mélanger et farcir les courgettes de cette préparation. Saupoudrer de chapelure et cuire au four pendant 30 minutes.


A table !
Servir avec son coulis de tomates accompagné d'un riz pilaf ou d'une salade. Un vin rouge léger, un Saumur-Champigny par exemple.




Posté par cuisine_alafolie à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2008

TOMATES FARCIES

tomate_farcie

Choisir de belles tomates rondes, mures mais pas trop.
La peau doit être brillante et la chair bien ferme et exempte de taches.
La farce peut être confectionnée avec des reste de viande cuite.


Préparation : 20 minutes

Cuisson : 20 minutes


Le marché pour 4 personnes :
4 grosses tomates rondes (ou 8 moyennes)
1 oignon
1 gousse d'ail
5 brins de persil
25 g de beurre
1 cuillère à soupe de concentré de tomates
huile d'olive
1 jaune d'œuf
25 g de riz
200 g de viande de bœuf hachée
200 g de chair à saucisse
2 c. à soupe de chapelure fine
2 dl de coulis de tomates
Fleur de sel, poivre du moulin.

Ustensiles :
Planche à découper et couteaux, 1 casserole, 1 poêle anti-adhésive, 1 saladier, 1 plat à gratin.

Préparation :   

  1. Peler et émincer l'ail et l'oignon. Rincer le persil sous l'eau courante, essorer et hacher finement.
  2. Préchauffer le four à 210 °c (th. 7).
  3. Laver les tomates. Si elles sont grosses les couper en deux,  si moyennes, couper une tranche du coté du pédicule qui fera office de couvercle.Presser les tomates sans les écraser pour enlever l'eau et les semences. Réserver. Beurrer le fond du plat à gratin, déposer les tomates coté ouvert dessus. Saler et poivrer légèrement, arroser de quelques gouttes d'huile d'olive. Enfourner pendant 5 minutes.
  4. Récupérer l'eau que l'on ajoutera à la farce. Cuire le riz à la créole. Pendant ce temps, faire revenir la viande de bœuf hachée dans le beurre avec l'oignon, assaisonner, égoutter et réserver. Dans ce même beurre faire revenir la chair à saucisse, assaisonner, égoutter et réserver.
  5. Dans un saladier, mélanger le riz, les viandes et l'eau de cuisson des tomates. Ajouter l'œuf, le concentré de tomates et le persil. Farcir les tomates de cette préparation, saupoudrer de chapelure et cuire pendant 30 minutes.

A table !
Servir avec son coulis de tomates accompagné d'un riz pilaf ou d'une salade. Un vin rouge fruité, un Pécharmant du Sud-Ouest par exemple.




Posté par cuisine_alafolie à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

MOELLEUX AU CHOCOLAT NOIR ET SA CRÈME ANGLAISE

fondant_chocolat_cr_me_anglaise

Préparation : 10 min.
Cuisson : 8 min.

Ce merveilleux dessert mérite bien son nom,
car moelleux il l'est jusqu'à son cœur.

Associé à la douceur d'une crème anglaise vanillée,
bonheur assuré pour vos invités.


Le marché pour 4 personnes :
200 g de chocolat noir
30 g de beurre fin
3 œufs entiers et 2 jaunes
125 g de sucre
100 g de farine
3 dl de crème anglaise

Ustensiles :
1 bol inoxydable, 1 casserole, 1 cuillère en bois, 4 moules à dariole.

Préparation :

  1. Casser le chocolat en petit morceaux. Les déposer dans un bol inoxydable avec 20 g de beurre. Mettre le bol au bain-marie et mélanger avec une cuillère en bois. Ajouter le œufs entiers un par un, puis les jaunes, le sucre et la farine.
  2. Préchauffer le four à 210° (th 7)
  3. Beurrer les moules à dariole avec le reste du beurre. Verser la préparation dans les quatre moules. Cuire 8 minutes, pas plus. Démouler et servir aussitôt.
  4. Démouler, laisser tiédir.


A Table !
Servir encore chaud entouré de la crème anglaise, bien froide.

Posté par cuisine_alafolie à 06:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]